• Témoignages Téléphonie

    Je suis indépendante, j'ai 53 ans et je travaille chez Kantar TNS cati@home depuis 2008. Beaucoup « d'anciens » travaillent ici. L'âge ne joue aucun rôle, au contraire d'un langage correct et d'une attitude polie. Les gens ne le voient pas, mais l'entendent !
    C'est un énorme atout pour moi de pouvoir choisir moi-même les jours où je travaille. C'est idéal pour combiner ce travail avec mes autres activités et je ne dois pas laisser tomber le job.
    - Angélique -



    Je travaille depuis 3 ans maintenant pour Kantar TNS. Travailler chez Kantar TNS, c'est captivant et cela me détend. Les études sont chouettes, surprenantes et intéressantes. Depuis quelques mois, je travaille à temps partiel chez moi. Kantar TNS est une société très souple où on peut gagner un supplément tout à fait convenable.
    - Vivianne -



    Je travaille depuis 10 ans chez Kantar TNS en activité complémentaire. C'est toujours une très bonne expérience ! Nous bénéficions d'un encadrement très sérieux et correct, qui repose sur une correction subtile. Je suis toujours bien traitée et mes collègues pensent la même chose.
    L'appréciation du bon travail accompli est très perceptible. Du professionnalisme au plus haut point !
    - Hilde -


  • Témoignages Face à face

    Il y a plus de 10 ans, je cherchais un travail que je pouvais combiner avec l'éducation de mes 2 adolescentes. Je voulais pouvoir fixer mes heures entre le temps passé à la maison, lorsque c'était nécessaire pour les enfants, et le travail.
    Après de longues recherches, je suis donc tombée sur Kantar TNS, un bureau d'études de marché.
    Après avoir suivi le cours de présentation, j'ai pu me mettre directement au travail. Les premiers mois, il a fallu s'habituer, mais, très vite, j'ai appris les ficelles du métier, j'ai été passionnée par les différentes études et la diversité de notre société.
    Aujourd'hui, mes filles sont adultes et je peux consacrer beaucoup plus de temps à mon travail.
    J'éprouve toujours du plaisir à travailler, j'ai même souvent l'impression de ne pas travailler, grâce à l'accueil et à la gentillesse des répondants.

     



    Je m'appelle Dave, j'ai 59 ans et j'habite à Brasschaat. Je travaille depuis 8 ans maintenant pour Kantar TNS.
    Je suis entré en contact avec Kantar TNS par hasard. En effet, une enquêtrice s'est présentée un jour chez moi. J'étais sélectionné pour participer à une étude universitaire. J'ai passé l'interview et j'ai de la sorte été témoin de la méthode de l'étude face à face. Et cela m'a tellement plu que, quelques mois plus tard, je suis moi-même devenu enquêteur pour Kantar TNS.
    Aujourd'hui, plus de 8 ans plus tard et après d'innombrables études, j'ai un regard différent et surtout beaucoup plus large sur la société. En tant qu'enquêteur, on tombe sur tout. On se retrouve dans des quartiers chics, mais tout aussi bien dans des (quasi) ghettos. On se familiarise avec toutes les couches de la société, on découvre d'innombrables personnes de toutes sortes d'origine. On sait mieux que quiconque ce qui se passe vraiment chez les gens.
    Le travail est très instructif. On sait quelles études sont menées. On se rend compte comme personne en quoi les universités et les bureaux d'études sont bons et où les pouvoirs publics trouvent leurs idées pour mener leur politique et l'adapter en permanence. On sait très bien maintenant, quand on entend dans les médias « Une étude a démontré que... », d'où ça vient. Régulièrement, les répondants remarquent : « Je me suis toujours demandé, une étude par ci, une étude par là, à qui on pose toutes ces questions. Maintenant, je le sais. »
    Le travail me passionne toujours. Chaque jour, je fais un plongeon rafraîchissant dans le bain de la société ! Et le soir, quand la journée est terminée, j'en garde une sensation agréable.

     


    Commençons par les côtés positifs d'un travail d'enquêteur. Le travail est varié et passionnant. On rencontre chaque jour des gens sympathiques, intéressants et agréables et on apprend à connaître l'être humain sous toutes ses facettes. On peut répartir son temps soi-même, compte tenu des échéances, ce qui donne un sentiment de liberté. Quand on participe à différentes études, on est impliqué dans différents domaines de la société qui vont de l'énergie aux problèmes de société en passant par les médias et la politique. On est responsable de la qualité du travail accompli.
    Les conditions climatiques en Belgique peuvent parfois être déplaisantes dans l'accomplissement de ce travail.